• lutte contre le gaspillage alimentaire

     

    Bonjour,

    C'est avec grand plaisir que je le partage  un communiqué de presse de Monsieur le Ministre C Di Antonio car  voici plusieurs années j'ai travaillé à la mise en place du 1ier Groupement d'achat commun (GAC) sur Dour. j'en profite pour remettre un grand merci à tous ceux et celles qui n'avaient suivi à cette époque dans ce projet assez avant-gardiste pour l'époque.

     

    voici cet article : 

     

     

    "De la fourche à la fourchette,

    nous pouvons tous agir pour réduire le gaspillage alimentaire

     

    Chaque wallon gaspille entre 14 et 23 kilos de nourriture par an.

     

    Si l'on considère au niveau mondial toutes les pertes, le constat est encore plus alarmant : la nourriture produite mais non consommée occupe inutilement 30% des terres agricoles mondiales et requiert en eau l'équivalent de trois fois le volume du lac de Genève.

     

    Au sein du Gouvernement wallon, avec mes collègues René Collin et Maxime Prévot, nous avons souhaité créer un programme transversal de lutte contre ces pertes et gaspillages alimentaires. Pour ce faire, nous nous focalisons sur la politique des déchets, l'agriculture, la valorisation en filière courte, l'économie sociale, circulaire, la transformation agroalimentaire, la gestion des banques alimentaires, la prévention santé, la lutte contre la pauvreté, l'emploi,…

     

    De la production à la consommation, de la fourche à la fourchette, tous les échelons ont été pris en compte.

     

     

     

    Une réduction de 30% des pertes et du gaspillage alimentaires est visée d'ici 2025 en Wallonie, conformément aux recommandations européennes.

     

    Souhaitant dégager des pistes prioritaires, j'ai organisé de nombreuses consultations avec les acteurs du terrain. Celles-ci ont accouché d'actions qui seront progressivement mises en œuvre en Wallonie durant cette législature.

     

    La sensibilisation, la redistribution d'invendus alimentaires vers les associations d'aide alimentaire, la réduction des pertes au niveau de la production, les processus de conservation, de transports, de transformation des matières premières en denrées alimentaires et nos habitudes de consommation au travail et à la maison sont les axes majeurs de ce programme. 

     

    La mise en place d'un rest-o-pack dans l'HORECA et la promotion d'une alimentation durable et locale dans les cantines et les foyers sont également deux actions qui me sont chères.

     

     

    Si l'amour est dans le pré, le bonheur est dans l'assiette 

     

    Je trouve qu'il est impératif que nous nous reconnections à ce que nous mangeons. Nos comportements d'achats et de consommation sont significatifs en matière de réduction du gaspillage alimentaire puisque le consommateur est en effet responsable de 25% des pertes et gaspillages alimentaires en Belgique.

     

    En parallèle, je souhaite entamer prochainement une réflexion avec le Gouvernement fédéral pour clarifier les différentes mentions de date limite figurant sur les produits alimentaires. Les mentions « à consommer de préférence avant le » et « à consommer jusqu'au » sur nos produits de consommation courante sont encore souvent mal interprétées. Une seule et même mention claire contribuerait à réduire le gaspillage alimentaire.

     

    L'agriculture est le premier maillon de la chaîne de production

     

    La fonction première de l'agriculture est d'offrir une nourriture de qualité aux citoyens. Les producteurs agricoles ont toujours été attentifs à réduire au maximum les pertes liées à leur production. Ces pertes dépendent, malheureusement, bien souvent des conditions climatiques. Par ce programme, nous souhaitons, le Ministre de l'Agriculture René Collin en tête, mettre à disposition des producteurs des outils d'aide à la décision efficaces afin de réduire les risques de perte des récoltes. De plus, il est important de redonner de la valeur à notre alimentation. C'est pourquoi, nous soutenons des projets de sensibilisation à la qualité de nos produits notamment auprès des plus jeunes via les cantines scolaires.

     

    Le partenariat avec les acteurs économiques de l'alimentation est aussi l'occasion d'actions sociales et de collaboration avec les acteurs de la redistribution de colis ou les épiceries sociales.

     

    De nombreuses associations ont fait part au Ministre de la Santé et de l'Action sociale Maxime Prévot des difficultés rencontrées pour garantir une distribution ou une vente de produits variés garantissant une alimentation équilibrée. Ces associations de terrain jouent un rôle non seulement dans le besoin de base de pouvoir se nourrir mais aussi dans l'accompagnement et l'éducation pour une meilleure qualité de vie.

     

    Un plan transversal wallon c'est avant tout une mise en réseau des acteurs. Nous sommes tous concernés. Changeons nos habitudes. "

     

     

    Carlo DI ANTONIO

    Ministre wallon de l'Environnement