• superbe soirée merci

     

    j'ai vraiment passé un moment fantastique

     

    Les Rafales font leur cinéma

    Le Centre culturel de Dour est Ravi d'accueillir les Rafales le 29 janvier 2011 pour leur toute dernière création "Les Rafales font leur cinéma"

    Plus de préventes disponibles mais il vous est toujours possible d'assister au spectacle ce samedi, le guichet sera ouvert àpd 19h30.

    description

    Epluchez votre sens de l'humour et coupez en fines tranches.Ajoutez un peu de chanson française, de musique de film, d'airs classiques et beaucoup de répliques cinématographiques cultes. Faites mijoter le tout et vous obtiendrez un fabuleux spectacle : Les Rafales font leur cinéma !

    Mangez-en à satiété ! C'est léger en calories, bon pour la santé et puis,ça fait travailler vos zygomatiques ! Riez, riez, Bonnes Gens, la comédie est dans la rue !Les Rafales, le duo qui décoiffe...

  • a ne pas rater pour une bonne cause

    Théâtre

    Le père Noël est une ordure

     

    L'institut de la Sainte Union en partenariat avec le Centre Culturel de Dour vous propose d'assister au spectacle interprêté par les professeurs "Le Père Noël est une ordure" le vendredi 11 et samedi 12 février 2011.

    Tous les bénéfices iront au profit d'Iris et Alex atteintes d'une maladie orpheline.

    description
    Infos & réservations au 065/652845 (secrétariat de l'école) ou en ligne en cliquant sur "Réserver"
  • succès des voeux à nos aînés.

     

     

    Voici un article de la Province.

    Les aînés avaient répondu présent aux 1iers vœux organisés par le collège et l’administration communale.

    Réussite qui amènera sûrement une suite…

     

     

    Nos seniors en discothèque

     

     

    Des aspirantes séniores montrent la voie à suivre... pati

    n.c.

    Dour pas d’âge pour se déchaîner
    Les aînés dourois se sont déchaînés hier sur la piste de danse du Nice Club

    Effet garanti! Emmenez près de deux cents cinquante seniors dans une discothèque et observez-les! Ambiance assurée! Pendant quatre heures dimanche dernier, les aînés dourois se sont déchaînés sur la piste de danse du Nice Club et ce à l’initiative du conseil consultatif des aînés dourois.

    Alors que pas mal de jeunes envisagent de rejoindre ce type de lieu de “ débauche ” en plein cœur de la nuit, les sexa-septa-octogénéraires ont préféré fouler la piste de danse douze heures plus tôt.

    L’horloge sonnait quinze heures que déjà le parquet était assiégé par ces retraités avides de se défouler. Pour Jean-Pierre Frappart, 62 ans, “ l’endroit est bien! Non ce n’est pas un lieu de débauche pour la jeunesse. On voit que cet endroit est bien tenu et que le cadre est agréable et puis il y a de la lumière! C’est très bien agencé. Je savais que c’était un ancien magasin qui avait été transformé en discothèque, pardon on m’a dit que c’était un lounge bar. Je n’étais jamais venu. Je dirai donc que je suis aussi venu par curiosité et je ne suis pas déçu. Maintenant je vais être franc, j’ai aussi envie de m’amuser ”.

    >Sur des musiques de discothèques?

    Non hein, dites! La musique qu’ils nous passent est appropriée à nos âges, franchement c’est agréable à écouter et à mon avis ils l’ont mise moins fort que si c’était la vraie discothèque.

    >Vous connaissez le rap, la r’n’b et la house? Qu’est-ce que tu me demandes là! Le rap, c’est pas des poèmes généralement bien foutus et bien déclamés? La House et la r’n’b j’ai déjà entendu parler mais quant à savoir ce que c’est alors là je ne sais pas te répondre ”.

    Et la salle culturelle?

    Quelques mètres plus loin Francette Faidherbe, 59 ans, a un discours moins complaisant! “ Je trouve bizarre qu’on fasse cette fête ici. Pourquoi ne pas l’avoir fait à la salle culturelle et puis je crois que la plupart des personnes présentes sont venues pour découvrir cet endroit dont elles ont tant entendu parler mais je trouve que la mobilité n’est pas évidente, regardez la piste de danse se trouve en hauteur, les personnes en chaises ont des difficultés pour se déplacer!

    Mais celui qui va mettre tout le monde d’accord, c’est Baldo, le roi des chanteurs de charme! En deux fois trente minutes, il va faire frissonner toutes mamies groupies présentes...

    Nous ne dirons pas que le service d’ordre a eu de grosses difficultés à contenir les favinettes mais c’était tout comme!

    À la grosse déception d’un membre du Collège Echevinal, la « cage » avec barre pour danse langoureuse est restée vite... Pas de chippendale! Sniff! “ Pourtant elles auraient aimé!

    On vous l’avait dit il n’y a plus de vieillesse!

     

  • formation alphabétisation

     

     


                
    " Cap vers l'alpha: Ecrire et lire dans son quotidien"
     
                 Une formation pour apprendre le français autrement...
     
    Pour qui?
     
    Toute personne de 18 à 50 ans qui éprouve des difficultés en français oral et/ou en lecture et écriture
     
    Pourquoi renforcer son français?
     
    - Compléter les documents administratifs
    - Aider ses enfants pour leurs devoirs
    - Reprendre confiance en soi en se formant
    - Multiplier les démarches dans le cadre de sa recherche d'emploi
    - Comprendre son courrier
    - Lire et comprendre ses factures
    - ...
     
    La formation est gratuite
      
    Combien de temps dure la formation?
     
    La formation se déroulera du 31 janvier 2011 au 28 avril 2011.
    Les cours se donnent tous les mardis et jeudis matin.
     
    Renseignements et inscriptions Maison de Quartier d'Elouges, 143 rue du Commerce à 7370 Elouges.au 065/69.10.18

  • éoliennes citoyennes à dour elouges

     

    Dour et Quiévrain se lancent dans l'éolien citoyen. Aux onze moulins à vent du site bordé au sud de la RN51 – la route de Valenciennes, et à l'est par la route de Wallonie, viennent de s'en adjoindre trois nouveaux, au sud du parc. L'un (le nº12) est propriété de la société Ventis, promotrice du projet. Et les numérotés 13 et 14 sont citoyens. Entendez que les citoyens (locaux mais pas seulement) peuvent acquérir des parts de 260 euros pour en devenir copropriétaires. Les communes de Dour et Quiévrain sont elles aussi partenaires : elles possèdent ensemble, au prorata de leur nombre respectif d'administrés, 25 % des deux éoliennes citoyennes - mais il est prévu qu'elles acquièrent ensemble 50 % du total des parts. « Voilà trois ans que nous y travaillons », confie Carlo Di Antonio, bourgmestre (CDH) de Dour. La tutelle a validé le principe de l'utilisation d'une part de notre budget communal à ce projet. » Lui et Salvatore Miraglia, échevin (Écolo) de Quiévrain, sont bien d'accord sur l'appropriation morale des moulins par la population. « Nous sommes loin des premières réunions d'information, durant lesquelles se manifestait une opposition palpable au projet. Désormais, plus aucune désapprobation citoyenne ne se fait jour », se félicitent les deux hommes politiques.

    En pratique : devenir coopérateur

    « Nous ne sommes ni bluffeurs ni arnaqueurs. Ça marche ! », lance Bernard Delville, le fondateur du concept d'éolienne citoyenne, qu'il a concrétisée voilà 10 ans grâce à « Vent d'Houyet ». Cette ASBL a développé le concept et a fondé sa propre coopérative, « Émissions Zéro ». Agréée en octobre 2007, c'est elle qui lance des souscriptions publiques de 260 euros pièce. Le citoyen qui en acquiert pourra, après trois ans, toucher un dividende légalement limité à 6 % par an et par pièce. Mais l'intérêt est surtout écologique, sous forme de perception d'avantages en nature, comme des chèques-électricité ou des produits et services liés aux économies d'énergie.

    À ce jour, Émission Zéro a permis de concrétiser trois éoliennes à Houyet, deux à Dour-Quiévrain et deux à Tournai-Antoing-Brunehaut. D'autres projets sont en cours d'élaboration en Wallonie.

    Infos : www.emissions-zero.be/

     

    Au nom de la société Ventis promotrice du parc, Pierre Mat se félicite de ce parc citoyen : « Il couvre désormais largement la consommation des ménages de Dour et Quiévrain. L'idée d'une coopérative nous a d'emblée séduits. »

    Présentation : du haut de leurs 139 mètres (dont 40 mètres de pales), les éoliennes citoyennes Enercon E82 déploient chacune une puissance de 2,3 mégas watts. Soit assez d'énergie pour alimenter chacune 1.350 foyers.

    Sous le chapiteau dressé pour l'inauguration, les invités n'ont pas boudé leur plaisir sous un vent idéal – qui trahissait, ironie du sort, une panne temporaire d'un des deux moulins citoyens. « J'ai acquis une part voilà un mois, à l'occasion d'un salon sur l'énergie renouvelable, se réjouit Philippe Dutrieu, coopérateur bruxellois. Mon but est essentiellement symbolique : je veux me réapproprier l'énergie. » Même les plus démunis auront l'occasion de devenir souscripteurs, comme l'explique Bob Kabamba, président (Écolo) du CPAS de Dour. « Le centre public va prendre des parts auprès d'Émissions Zéro, parts que nous diviserons de manière à permettre aux citoyens les plus modestes de s'approprier eux aussi, ces moulins à vent. »

    Vendredi, pas mal de coopérateurs auprès d'Émissions Zéro avaient fait le déplacement depuis toute la Wallonie pour saluer l'événement. Albert Vicaire, de Seneffe, se promet d'acheter des parts pour chacun de ses enfants. « La participation aux éoliennes est pour moi, une richesse au moins aussi importante qu'un portefeuille bien garni ! »

    Ventis : un échec, deux Mat et 17 mâts

    Lorsque la presse évoque un promoteur de parcs éoliens, celui-ci ne saurait avoir que « le vent en poupe ». Pourtant, c'est à partir d'un échec que le Tournaisien Benoît Mat et son frère Pierre ont fondé en 2002 la société Ventis, déjà propriétaire et exploitante de dix-sept éoliennes en Hainaut et copropriétaire d'une dizaine d'autres en France.

    Pour Benoît Mat, 42 ans, vétérinaire, la rencontre avec l'énergie éolienne remonte à début 2000 : « J'ai eu l'occasion de rencontrer des personnes qui avaient construit un parc au Grand-Duché de Luxembourg. J'ai été bluffé. Je me suis dit : c'est ça que j'ai envie de faire ! Pas seulement pour l'environnement : l'aspect paysager me plaisait, la technologie aussi… Pour moi, c'était l'avenir. »

    Quelque temps plus tard, le choc pétrolier venait encore renforcer sa détermination. En tant que personne physique, il entreprend alors un projet de parc éolien sur la commune de Celles. Las pour lui, les autorités font marche arrière devant l'hostilité des riverains. « Mon frère, ingénieur commercial, m'a alors dit qu'il ne fallait pas laisser tomber, qu'il fallait créer une petite société à deux. J'ai ainsi continué ma profession de vétérinaire sur le côté, tandis que Pierre s'est consacré uniquement à ça en France, où il vivait à ce moment-là. Très rapidement, un projet s'est concrétisé, les procédures administratives en France étant alors beaucoup plus rapide qu'en Belgique. »

    Premiers succès

    En 2005, la SPRL décroche son premier succès en Hainaut avec le permis du parc éolien de Dour-Quiévrain, qui vient d'être étendu pour la 2e fois (sept éoliennes sur douze lui appartiennent). Viendront ensuite ceux de Quévy (cinq moulins sur les neuf) et de Tournai-Antoing-Brunehaut (sept, dont deux « citoyens »). Ces dernières éoliennes seront bientôt opérationnelles.

    Citoyens ? C'est devant les levées de boucliers de riverains que les deux gérants ont eu l'idée d'en faire des associés : « Ne pouvant pas leur vendre l'électricité moins cher – nous ne sommes pas distributeurs –, on s'est dit qu'il fallait proposer aux gens d'investir avec nous pour récolter des dividendes. Cela nous aurait pris trop de temps de monter notre propre coopérative. On s'est donc raccrochés à l'initiative “Emissions Zéro”, qui espère pouvoir un jour distribuer de l'électricité verte à ses coopérateurs. »

    Prochains défis : l'extension du parc de Quévy, pour lequel un permis portant sur douze nouvelles éoliennes a été sollicité, mais aussi un projet de quatre moulins à Frasnes, un autre à Esplechin… « Nos plans de développement s'articulent sur trois axes : continuer à mener des projets en Belgique – mais on arrivera vite à saturation ; se développer à l'international ; et se lancer dans la biomasse et la biométhanisation », souffle Benoît Mat. A Leuze, Clef voit pousser son éolienne

    Après un premier refus, le ministre a finalement accordé, en août 2009, le permis unique pour l'implantation de dix éoliennes (au lieu de treize) sur la commune de Leuze-en-Hainaut dont trois dans la zone d'activités économiques de Leuze-Europe.

    Le projet est porté par trois partenaires : l'intercommunale de développement économique Ideta, Electrabel et la société anonyme Parc éolien de Leuze-en-Hainaut. Cette dernière est composée d'une société privée qui détient trois éoliennes et d'une coopérative citoyenne baptisée « Clef » qui doit prendre en charge une éolienne. « Si Electrabel et Ideta n'ont pas connu de problème de financement, nous avons subi les effets de la crise et de la méfiance des banques, explique Fabienne Marchal de la SCRL Clef. La société privée a jeté l'éponge et la coopérative s'est retrouvée avec quatre éoliennes à financer au lieu d'une. Finalement, Electrabel a repris à sa charge les trois pieds et Ideta s'est engagé à préfinancer notre éolienne. Nous nous sommes engagés à trouver les financements nécessaires à notre éolienne d'ici à sa mise en service soit en septembre 2011. »

    Les 3,2 millions d'euros nécessaires à cette éolienne citoyenne seront financés par des prêts bancaires mais aussi par les souscriptions des coopérateurs. Les 180 actionnaires de Clef ont à ce jour recueilli 365.000 euros et voudraient atteindre les 500.000 euros pour faciliter le financement des banques.

    <style type="text/css" media="all">@import url(http://www.lesoir.be/css/blog_link.css); </style>
    <div class="blog_link">
    <div>
    <p><a href="/regions/hainaut/2011-01-18/les-eoliennes-se-font-citoyennes-815533.php" target="_blank" style="font-weight:bold;">Les éoliennes se font citoyennes</a></p>
    <p>un article du <a href="http://www.lesoir.be" target="_blank"><img src="http://www.lesoir.be/mediastore/static/logo_small_80px.gif" valign="middle" style="position:relative;top:10px;" /></a> 
    </div>
    </div>