• un bateau pour le rwanda

    2. Présentation du projet

    2.1. Titre 

    Transport par bateau en bois, sur le lac Kivu dans le cadre du développement durable des districts de Rubavu (Gisenyi) et Karongi (Kibuye) dans la Province de l’Ouest au RWANDA.

    2.2. Partenaires

    D’une part,    La commune de Dour représentée par Jacquy Detrain, Echevin de la cooperation au développement.

    D’autre part,   Le District de Rubavu dont le maire est M. Célestin TWAGIRAYEZU

                            L’association des agriculteurs de la commune de Busasamana, IABU (groupement des agriculteurs de Busasamana) représentée par

                            Et District de Karongi dont le maire est M. Bernard KAYUMBA Tél. 00250.05101966

                            L’association des commerçants de la ville de Kibuye, ABADAHEMUKA (ceux qui sont toujours honnêtes) représentée par Frodouard BARIYANGA, District Karongi, BP 20 Kibuye. Tel. 00250.08460612

     

    2.3. Populations cibles

    L’ensemble de la population de la commune de Busasamana, agricole à 90 %, pour la production des légumes, et la population pauvre de l’ensemble du district de Karongi ainsi que celle située à proximité du lac Kivu entre les villes précitées.

     

    2.4. Principaux objectifs et articulation avec les trois piliers du développement durable

    Pilier économique

    Les 2 Districts sont situés au bord du lac Kivu. Dans le District de Karongi, la pauvreté est endémique surtout à cause du sol pauvre en éléments nutritifs, du relief accidenté qui cause l’érosion des versants à pentes raides, l’amincissement de la couche arable et l’altération du fond des vallées. La productivité agricole diminue même si des efforts sont faits pour améliorer la production. Par contre, dans le district voisin de Rubavu beaucoup plus fertile parce que proche du volcan Nyiragongo, les produits agricoles sont vendus à bas prix à certaines périodes de l’année tellement la production est abondante. Le transport est donc une clef du problème, la plus importante sans doute. En échange, les paysans de ce district pourraient fournir aux habitants de Rubavu  les bananes (aliment de base au Rwanda), les fruits et le manioc qu’ils ne sont pas facile à cultiver dans ce district (en partie se trouvant à + 2000m d’altitude).

    •  Augmentation de la production maraichère (pommes de terre, oignons, choux, céleris, épinards, petits pois, haricots…)  dans le district de Rubavu
    • Assure une plus value aux producteurs maraichers du district de Rubavu.
    • Ecoulement des produits agricoles et échange entre les deux districts.
    • Développement du commerce  des produits agricoles du district de Karongi.

    Protection de l’environnement.

    L’infrastructure routière est en très mauvais état ; les routes (ou plutôt les pistes) de cette région très accidentée ne sont pas entretenues par des engins de terrassement. Lors des grosses averses de la saison des pluies, elles sont souvent difficilement praticables, voire tout à fait infranchissables. Il faut donc faire un énorme détour par Kigali (détour de plus de 200 km) pour circuler entre les deux districts par la route asphaltée. Le carburant étant très cher, les prix des produits agricoles augmentent considérablement, sans compter la pollution de l’environnement.

    • Transport lacustre est égal à moins de CO2  car plus court que par route.
    • De plus quantité transporté.
    • Valorisation du transport par l’échange de produit.

    Pilier social.

    Un projet de transport par bateau à moteur (transport qui existait jadis) permettrait d’approvisionner en produits vivriers du district de Karongi qui se chiffre à 200.000 habitants, solutionnant ainsi le problème d’insécurité et de déséquilibre alimentaire.

    A condition d’obtenir les autorisations requises et de payer les droits et assurances, il serait possible de transporter parfois des passagers.

    ·         Diminution de la pauvreté ;

    ·         Augmentation de la qualité de vie

    ·         Développement  du réseau associatif.

    ·         Éducation à la citoyenneté.

     

     

    2.5. Principales réalisations envisagées et calendrier des activités concrètes

    -          Contact avec l’association des cultivateurs de Rubavu pour l’achat des produits agricoles

    -          Appropriation du projet par la population.

    -          Négociation avec les constructeurs de bateaux à Kibuye et construction du bateau en bois

    -          Achat du moteur à Kigali.

    -          Recrutement du personnel du bateau.

    -          Contact avec les autorités administratives de Kibuye et Gisenyi pour les différentes autorisations. 

    -          Dans le district de Rubavu, mise en place d’un comité de gestion supervisé par les autorités civiles qui peuvent travailler en collaboration avec des ONG pour le fonctionnement journalier.

    -          Mise en place d’un flux informationnel entre l’association des petits commerçants du marché de Kibuye (district de Karongi) et les producteurs de Busasamana (district de Rubavu).

     

    2.6. Résultats attendus

    -          Un transport en 2 jours ouvrables A/R soit 3 par semaine afin de pouvoir charger et décharger le bateau à Gisenyi et Kibuye. Tonnage du bateau : 3 à 4 tonnes.

    -          De Rubavu vers Karongi : transport de légumes (pommes de terre, choux verts, blancs, choux-fleurs, pommes de terre, oignons, ails, poireaux, haricots, petits pois, épinards, maïs …) qui complète la petite production locale ; de Kibuye vers Busasamana : transport de bananes, de manioc et de fruits (non produits dans la région trop froide parce que située à 2000m d’altitude).

    -          En conséquence de ces échanges, dans le district de Karongi, augmentation de la sécurité alimentaire, approvisionnement régulier en produits agricoles et stabilité des prix ; à Busasamana, diminution voire disparition de la malnutrition des enfants.

    -          Développement des relations commerciales entre les deux districts.

    2.8. Devenir du projet après la fin du financement sollicité

    Le projet va s’autofinancer puisqu’il y a vente de produits agricoles et sans doute transport payant de passagers (moyennant autorisation officielle et paiement d’assurances). Il doit d’ailleurs générer des bénéfices. Il est donc probable, puisque le commerce va se développer, qu’un second bateau pourra fonctionner. La production de légumes doit croître puisque de nouveaux débouchés sont assurés. Les associations des producteurs et des petits commerçants vont augmenter leurs relations et des besoins d’éducation à la gestion vont se faire sentir. L’augmentation et la régularité des débouchés va permettre au producteurs de Busasamana de pouvoir résoudre au moins partiellement le problème de l’eau qui manque cruellement dans cette région (pas de sources).

    •  Auto financement de la globalité du projet.
    • Achat d’un 2ième bateau.
    • Mise en place d’un approvisionnement en eau pour le district Rubavu (secteur de Busasamana).
    • Développement du secteur associatif.
    • Développement des projets connexes : Education, formation à la gestion, création d’emplois.

     

    2.9. Demande de financement à la Région Wallonne – Communauté française.